Chacun son tour

Premiers pas en terre inconnue

L’avion se pose doucement sur le tarmac de l’aéroport de Sukhumvit, à Bangkok. Je suis enfin arrivée après quinze heures d’un éprouvant trajet. La sensation est étrange. Moi qui pensais me réjouir de cet instant si particulier, me voilà triste et déprimée. Je passe la douane rapidement, récupère mon sac à dos, et sors m’en griller une. J’ai besoin d’une bonne dose de tabac pour encaisser ce changement. J’envoie un message à mes proches pour leur dire que tout va bien, mais le coeur n’y est pas. J’en fume une deuxième, et pars ensuite à la recherche du taxi qui doit m’amener à Bang Saphan, une ville tranquille du sud-est de la Thaïlande où réside un cousin. Cinq heures de route m’attendent de nouveau. Terrassée par la fatigue, je m’endors rapidement avant de me réveiller quelques heures plus tard. Meng, mon chauffeur, me propose de faire une pause. J’en profite pour m’en allumer une dernière, et me délecter ensuite de quelques bouts d’ananas sucrés, achetés sur l’un des nombreux stands qui jonchent la route. Trois heures s’écoulent avant que je n’arrive enfin à bon port. L’accueil a beau être chaleureux, rien n’y fait, je n’arrive pas à m’extirper de cette tristesse qui s’est emparée de moi. Je me couche donc sans trop tarder.temple_grotte_bangsaphan

sam-roi-yot

Je n’ouvrirai les yeux qu’à midi le lendemain… avec le coeur toujours aussi lourd. Après un déjeuner rapide, je décide de visiter les alentours pour me vider la tête. L’endroit est superbe avec sa plage à perte de vue, son sable blanc et son immense cocoteraie. Ici, les touristes sont peu nombreux. Seuls quelques habitués profitent de ce petit paradis. Je fais de même en m’allongeant plusieurs heures sous un soleil de plomb. Le soir est calme et je m’endors de nouveau rapidement. Le lendemain, une agréable surprise m’attends : A. et T., deux amies thaïlandaises de mon cousin, originaires du coin, me proposent de venir manger le soir même dans leur restaurant familial. Le rendez vous est pris. Après une journée à sillonner les environs, je pars donc dîner vers 19h. Et j’ai bien fait d’accepter cette invitation : famille et amis m’accueillent à bras ouverts ! Au total, nous devons être une quinzaine. Nous buvons quelques verres en échangeant sur leur vie, leur culture et leur manière de vivre. Je commence déjà à me sentir mieux.

Ratchaburi

Les jours qui suivent dissipent d’ailleurs peu à peu mes angoisses du début. La journée, je visite les alentours et m’organise des excursions, et le soir, je sirote quelques cocktails avec mes nouveaux amis. À l’approche du week-end, ils me proposent même de les suivre à Ratchaburi, un petit bourg connu pour son marché flottant, situé à une heure de Bangkok. Sur place, nous passons notre temps à manger, festoyer, boire des Singapore Sling (un cocktail à base de liqueur de cerises, de triple sec, de gin et de divers jus de fruits) et nous détendre. L’atmosphère y est agréable. Tellement, que je me surprends pour la première fois à éprouver un désir de liberté. Ces rencontres m’ont donné de l’assurance et une énergie folle. Je n’ai qu’une idée en tête : découvrir le pays avec mon sac à dos et ce nouveau dynamisme qui m’anime. C’est donc après une semaine de douceur de vivre que je pars en bus pour la bouillonnante Bangkok… seule. L’aventure, la vraie, commence enfin !

« »

© 2017 Chacun son tour. Theme by Anders Norén.